LA SERINETTE

 

LA SERINETTE

“ Je suis au Louvre. C’est un petit format. Il est entouré de dorures exagérées. Il est sombre et nacré, vert sur noir. On l’a vitré. J’ai lu tout à l’heure qu’on avait inventé de nouvelles vitres antireflets.
Il y a une femme habillée en blanc, le visage blanc. Elle est habillée de transparences superposées. Elle tourne une manivelle sur un coffre – c’est la serinette -, et elle regarde la cage. Donc, la serinette, c’est un instrument de bois qui sert à faire chanter les serins. Rien d’autre. Il y a un grand métier à tisser qu’elle vient d’abandonner et, par la fenêtre, une lumière de fin d’après-midi, glauque – glauque veut dire vert.”
LA SERINETTE est un texte d’Olivier PY, inspiré du tableau de Chardin.
Agnès, après la mort de son compagnon, part avec un message d’espoir délivré par un inconnu quelques jours plus tôt. Nous avons mis en scène le texte trois fois, de telle sorte qu’il prenne une tournure différente en fonction de son contexte.

La Serinette, mis en scène et scénographié par des élèves de la HEAR, sous la direction de Pierre-André Weitz, à la Chaufferie (2012)